Pont du Gard et Patrimoine
Argumentaire et mot d’ordre du collectif

Création du collectif Liberté-Gratuité-Pont du Gard

jeudi 20 juin 2013 par Jean-Yves Gréhal

Plateforme du collectif « liberté-gratuité »

Libre accès pour les piétons et cyclistes au pont du Gard !

Notre mouvement dénonce l’agression contre la culture populaire, l’économie touristique du territoire et les pratiquants du « tourisme doux » que constitue la fin du libre accès des piétons et cyclistes au pont du Gard. Nous demandons au conseil général du Gard d’y mettre fin en faisant prévaloir le respect de la parole donnée.

Culture populaire : l’argent ne doit pas faire obstacle à la contemplation d’un monument prestigieux, inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité : le libre accès à ce patrimoine suppose l’absence d’obstacle d’ordre économique. Le pont du Gard a été inscrit au patrimoine mondial en 1985. Pendant 28 ans, chacun a pu le contempler librement et gratuitement. L’inscription ne doit rien à l’existence du Site du pont du Gard et ne saurait justifier que l’on en fasse maintenant payer l’accès !

Protection de l’économie du territoire  : Pilier de l’économie gardoise, le tourisme est déjà lourdement pénalisé par la brutale augmentation des tarifs du site du PONT DU GARD, multipliés par 3,6 en trois ans, sous prétexte d’une « globalisation » qui n’est en fait que de la vente forcée. Il est irresponsable de sacrifier en outre le tourisme « doux », à pied ou à bicyclette, jusqu’à présent épargné. Les motifs avancés sont obscurs ou fallacieux : 1% de fraude sur les entrées des groupes ne peut justifier de « punir » les piétons et cyclistes et de sacrifier un projet d’avenir comme la Voie Verte. L’EPCC présente comme la contrepartie à la mise en place du tarif piétons l’octroi d’une carte d’accès gratuite à tous les Gardois. Mais cette mesure coûteuse (300.000 à 500.000 euros selon nous), non financée, manifestement improvisée (le conseil d’administration a-t-il délibéré de sa généralisation ?), n’apporte aucune réponse aux problèmes posés par la perte d’attractivité touristique résultant, pour les non-Gardois et les habitants des communes non- conventionnées, de la fin de l’accès libre et gratuit des piétons et cyclistes.

Respect de la parole donnée : nous demandons simplement le respect des engagements du conseil général lors de la création du site du pont du Gard - accès libre et gratuit à pied et à bicyclette - et lors du lancement de la Voie Verte - passage –gratuit, cela va de soi- par le pont du Gard.

Nous aimons le pont du Gard et souhaitons que le plus grand nombre y ait accès, sans en être empêché par la ségrégation par l’argent pratiquée par l’EPCC (nous attendions autre chose d’un établissement public, notamment qu’il donne une dimension sociale, culturelle et écologique à sa gestion).
Nous contestons l’instauration du « tarif piéton » imposée par l’EPCC car cette mesure est catastrophique :
• Elle implique un « bouclage » du site coûteux en équipement et en personnel et, pour tous les visiteurs, des contrôles toujours déplaisants, parfois carrément choquants.
• Elle générera moins de ressources nouvelles qu’elle n’entraînera de dépenses directes et indirectes (perte de clientèle).
• Surtout, elle est contraire au caractère du site du pont du Gard –espace de loisirs et de détente gratuits et familiaux depuis de nombreuses générations, en même temps que prestigieux édifice classé au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Le conseil général avait su réaliser une synthèse équilibrée en définissant les conditions d’accès au pont du Gard lors de sa création L’EPCC la détruit en faisant payer ce qui était libre et gratuit.

Nous ne dénigrons évidemment pas le personnel du Site du Pont du Gard : il ne peut se voir reprocher les décisions de sa direction, seule responsable des conséquences de leur mise en œuvre.

Nos mots d’ordre

1. Rétablissement immédiat du libre accès piétons et cyclistes au pont du Gard ; ce que le conseil général a accordé en 1997 ne peut être confisqué par le conseil d’administration de l’EPCC.
2. Révision concertée des tarifs, actuellement incohérents ; retour au paiement séparé du parking et des autres prestations payantes, notamment le musée ; on doit à nouveau pouvoir se promener dans tout le domaine du pont du Gard, VOIR le pont, se baigner dans la rivière, pique-niquer sans bourse délier si l’on est entré à pied ou à bicyclette, ou en ne payant que le stationnement (de préférence en fonction de la durée) si l’on est entré en automobile.
3.Passage de la Voie Verte par le pont du Gard (sur le pont routier), conformément au projet élaboré par les services du conseil général et présenté le 2 décembre 2012 devant la presse, les élus et la population.

Nous rappelons, à toutes fins utiles :
Qu’il n’est pas question de tolérer la moindre entrave au libre passage piéton sur les sentiers de randonnée. Les sentiers sont balisés. Aucune balise ne doit être déplacée, aucun changement d’itinéraire ne doit être imposé.

Il n’est pas question non plus d’accepter que soit restreint l’accès aux berges du Gardon.

Bureau du collectif, élu dans la réunion du 27 juin :
Didier Bally, Association de randonnée pédestre avignonaise ;
Gérard Extier, Pont du Gard et Patrimoine ;
Michel Gilles, association remoulinoise pour le développement du tourisme ;
Jean-Yves Gréhal, Beauté de Castillon ;
Jean-Louis Mante, AF3V ;
Monique Roques,
Agnès Sénicourt, Association Voie Verte du Pont du Gard ;
Marcel Vaillaud, fédération française de cyclotourisme et CODEP30,
Didier Valleur, la barque Vieille Vers-pont du Gard.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 194711

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Page du collectif Liberté-Gratuité-pont du Gard   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License