Pont du Gard et Patrimoine

L’aqueduc sur la commune de Saint-Bonnet-du-Gard

mardi 3 février 2009 par Gérard Extier

La commune de St Bonnet du Gard

A la sortie des bois de Remoulins l’aqueduc contourne la colline de Lafoux (les réservoirs d’eau de Remoulins) à une altitude proche des 64 m.
Il chemine le long des falaises en direction de la plaine de St-Bonnet-du-Gard

Dans cet espace pour suivre la ligne des 64 m, il dessinait une large boucle orientée S-O, jusqu’au lieu dit "Coste Belle", pour se diriger vers Saint Bonnet.

Très peu de vestiges sont visibles, hormis, traversant le chemin du Sablas au pied de la colline, deux traces parallèles des parois de l’aqueduc localisent son passage.
En les observant on peut noter, qu’à cet endroit l’aqueduc était plus étroit. On ne sait pas pourquoi. Plusieurs hypothèses ont été émises. La plus vraisemblable étant une erreur de l’équipe locale à qui était confié la réalisation de ce tronçon (?).

Ensuite, il traversait l’actuelle route nationale Remoulins - Nîmes, 600 m après la sortie du village. A cet endroit, toujours pour suivre la côte de 64 m, il s’éloignait de la route d’environ 3 à 400 m, pour reprendre la direction N-E et traverser le village un peu au-dessus de l’agglomération.

Après avoir franchi le col de Marduel, sous le CV5, il longeait la colline de l’église fortifiée [1], contournait celle de Ferraud, avant de s’engager dans les tunnels de la commune de Sernhac.

Un grand nombre de pierres récupérées des voûtes et des piédroits de l’aqueduc, des concrétions recouvrant les parois du canal taillées en moellons, ont servi à l’édification des églises, châteaux et maisons des alentours.

En cela l’église de St Bonnet est fort intéressante : On peut remarquer de nombreuses pierres dans son mur d’enceinte provenant de l’aqueduc.

Certaines portent encore des traces du mortier de tuileau ayant servi à l’étanchéité du canal.

[1L’église de Saint Bonnet du Gard : Cette église fortifiée du XIIème siècle est intéressante par sa situation et son architecture.
Située dans un col au pied du Marduel, elle donne du caractère au village. C’est un des monuments de la région qui renferme le plus de pierres et de concrétions de l’aqueduc.
Les murs de l’église, mais aussi ceux qui limitent le terrain attenant, sont bâtis avec des pierres provenant de l’aqueduc. La structure du matériau ainsi que les traces du mortier de tuileaux sont les indices de ce remploi si faciles à reconnaître.
L’encadrement de la porte d’entrée monté avec des concrétions retaillées porte encore de nombreuses traces du badigeon rouge qui recouvrait la partie interne du canal.
Du col de Marduel on découvre deux des lieux protohistoriques et historiques célèbres du Remoulinois : le Marduel au nord et la plaine de Théziers à l’est.
Le Marduel abritait un oppidum souvent cité dans l’histoire du Languedoc où se sont succédés, pendant sept ou huit siècles, des couches de civilisation contemporaines de l’âge du fer. La plaine de Théziers fut le théâtre des violentes batailles qui opposèrent Charles Martel aux Sarrasins en 736, quatre ans après Poitiers. Figure emblématique de l’histoire de France, Charles Martel se signala dans notre région par l’ampleur des destructions dont il fut le responsable lors de sa campagne contre les Sarrasins.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 195311

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Visiter l’aqueduc  Suivre la vie du site Saint Bonnet du Gard   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License