Le ponceau

samedi 30 décembre 2017
par  PdGP

Le ponceau

Le monument est plaisant. Ses dimensions sont réduites. Contrairement aux ponts précédents, le ponceau est implanté au fond du vallon. Il n’est pas haut : 2,5 mètres de hauteur en son milieu. De longueur réduite, 25 mètres environ, il suit le contour d’un vallon près du sommet. Ses trois arches sont de petites dimensions. Sur les piédroits verticaux reposent de grandes dalles plates. Ce Ponceau à barbacanes rappelle les ponts de Roc Plan à Vers-Pont-du-Gard.

Ponceau Vue de l’amont
L’aqueduc reposait sur de fortes dalles, elles même posée sur les piédroits des trois passages ménagés pour les eaux de ruissellement
Le ponceau

Il est possible, en une heure et demie, d’aller au ponceau à partir de la route départementale 981 et de revenir, sans fatigue, en suivant un sentier merveilleux surtout au printemps.

Du Ponceau à la Combe Joseph

Seul un familier, en "bartassant" le long de la garrigue, peut atteindre le pont de combe Joseph. Il ne faut pas s’y engager si l’on n’est pas accompagné. Mieux vaut rejoindre la route D981.

Avant de quitter le Ponceau il est agréable de gagner la crête de la colline. On découvre le pont de la Sartanette. Le panorama s’étend dans toutes les directions : vers la crête du plateau nîmois mais aussi en direction du bassin de Remoulins dominé au fond par le mont Ventoux. Au printemps le sol est couvert d’iris des garrigues et d’immortelles.

Pont de la Sartanette, dans son cadre de maquis
On est récompensé de ses efforts par de belles vues plongeantes sur le pont de la Sartanette et le pont Joseph, au fond de leur combe

L’architecture, la couverture végétale bien typée, l’absence de toute nuisance, la tranquillité font soupirer d’aise le promeneur.

Combe Joseph
Au fond de son vallon, le pont de la combe Joseph

Plus loin à l’est, le pont de la combe Joseph semble rénové, tant sa surface est blanche et unie. En fait son aspect est dû à la mise à nu des concrétions, du fait de l’épierrement du canal. Le cadre est grandiose et l’impression de solitude prenante.